Un tremplin vers la réinsertion des détenus

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Un tremplin vers la réinsertion des détenus

Message  FAPPAH le Sam 7 Juin 2014 - 13:15



GRACE AU TRAVAIL DE CES DETENUS EN FIN DE PEINE, PLUSIEURS MAISONS MEDIEVALES DE BRANCION ONT REPRIS VIE. ET EUX REPRENNENT GOUT A LA LEUR. PHOTO G.DUFOUR

Des détenus en semi-liberté participent chaque jour à un chantier en milieu ouvert à Brancion. Ils y restaurent des maisons médiévales, tout en retapant leur vie cabossée.

Des tatouages courent de ses épaules jusqu’aux poignets. À l’intérieur de ses avant-bras, des cicatrices, droites comme des coups de lame. « C’était des appels au secours », commente sobrement Stéphane. À 45 ans, l’homme ne dissimule pas sa jeunesse chaotique, et n’en rejette la faute ni sur ses parents, ni sur la société : « J’étais rebelle et perdu. J’ai fait de mauvais choix ». Au bout de cet itinéraire balisé d’erreurs, une impasse : la prison.

Aujourd’hui, le quadragénaire jure qu’il a changé : « Je ne suis plus la personne que j’étais à 20 ans. Une fois qu’on a payé, il faut évoluer, passer à autre chose ».
Ce nouveau départ, il le doit en grande partie à Tremplin, Hommes et patrimoine. Sans enthousiasme préalable. « Au départ, il ne voulait pas venir, ne disait pas un mot, se souvient Homa Michelet, responsable pédagogique de l’association. Aujourd’hui, il est pourtant devenu l’un des éléments les plus consciencieux et motivés ».
Stéphane ne voit que des avantages au dispositif de placement extérieur dont il bénéficie depuis un an : « Cela m’a permis de ne pas faire éclater ma famille, en gardant des liens avec ma fille et mon ex-compagne, tout en reprenant le contact avec le monde du travail ». L’affaire n’était pas mince, après dix années de galère, sans même l’espoir de trouver du boulot. « J’ai dû recommencer à me lever le matin, à aller tous les jours au travail, à être poli et courtois avec les autres. Vous savez, en prison, on est un peu désocialisé… »
« Humanisme oui, angélisme non ! »
« Les principales compétences qu’on leur enseigne ne sont pas forcément professionnelles, mais surtout transversales, confirme Michel JONDOT, coordinateur administratif et technique de Tremplin : travailler en équipe, s’organiser, planifier ».
De fait, à Brancion, les détenus n’apprennent pas seulement les techniques de restauration des bâtiments, sous la houlette bienveillante d’un encadrant technicien et d’un assistant pédagogique. Psychologue de formation, Homa Michelet travaille aussi avec eux sur la gestion des conflits, la communication… Bref, les outils pour mieux vivre ensemble.
Par « effet miroir », sans forcément s’en rendre compte, les détenus peuvent faire le parallèle entre leur propre parcours de vie et un élément du patrimoine en mauvais état, déstructuré, abandonné depuis longtemps, mais que l’on peut pourtant restaurer.
« Notre public n’est pas du genre à s’allonger sur un divan, sourit Michel JONDOT, mais il peut prendre conscience que lui aussi peu se reconstruire. Notre objectif est double : apprendre à s’adapter dans une entreprise, mais aussi se regarder autrement ».
Michel JONDOT et Homa MICHELET assurent qu’ils ne sont pas dans une démarche idéologique : « Humanisme oui, angélisme non ». Sont d’ailleurs exclus du dispositif les auteurs de crimes de sang ou de crimes sexuels.
S’il fallait une preuve de la pertinence du dispositif, Stéphane la fournirait volontiers : sa peine d’une année de prison est à présent purgée. Il vient pourtant de prolonger son contrat avec Tremplin. En homme libre.

Damien Valette
avatar
FAPPAH
Administrateur

Messages : 1628
Date d'inscription : 18/05/2011
Localisation : Entre Cluny et Tournus

Voir le profil de l'utilisateur http://www.fappah.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum