L’Église Notre-Dame de l’Assomption à la Chapelle-sous-Brancion Pastorale du Tourisme et des Loisirs Diocèse d’Autun, Chalon et Mâcon

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

L’Église Notre-Dame de l’Assomption à la Chapelle-sous-Brancion Pastorale du Tourisme et des Loisirs Diocèse d’Autun, Chalon et Mâcon

Message  FAPPAH le Mer 26 Juin 2013 - 11:26

http://www.paroisse-saint-philibert-tournus.fr/vie_paroissiale/pastorale_du_tourisme.html
Pour voir le document original cliquez sur l'église


Précédée d’une chapelle initiale qui donna son nom au lieu, l’église actuelle a été
construite au milieu du XIIème pour la nef et XIIIème siècle pour le transept et l’abside.

Nichée dans la verdure, au pied de Brancion, elle domine cependant le bourg, plantée
sur son promontoire.

Elle est toujours entourée du cimetière.Église inscrite à l’inventaire des
Monuments Historiques en 1948.




Intérieur
La nef unique, romane, rectangulaire, était probablement plafonnée. Détruite à une époque
inconnue, elle fut reconstruite tardivement à l’exception de la dernière travée qui est voûtée
en berceau, ainsi que vraisemblablement les deux chapelles latérales et au nord, la sacristie.
La grille de communion, en fer forgé, qui ferme le chœur est classée et datée des XVII XVIIIème
siècles. Le chœur est entouré de boiseries de chêne  jusqu’à mi-hauteur.
L’autel est en forme de tombeau galbé en bois peint.
Son sol est dallé de pierre.
La peinture murale
Le cul de four de l’abside a révélé lors d’une intervention en 2002, une peinture murale
représentant le couronnement de la Vierge, inscrit dans une mandorle, qui pourrait dater du
XIIIème-XIVème siècle. Elle est entourée des quatre Évangélistes dont deux subsistent.
Plus bas entre les fenêtres apparaît un cortège de sept Apôtres. L’Association locale
créée en 2002
Culture et Patrimoine veille à sa restauration avec l’aide de la Mairie et de la Fondation du
Patrimoine.

Derrière les boiseries, la peinture murale se prolonge par une draperie parsemée de petites
fleurs, roses à quatre pétales. Elle est datée des
XIV-XVème siècles. Dans la chapelle latérale nord, à gauche, nous pouvons voir un autel
en bois peint, une fresque représentant David dansant, réalisée en 2008 par
des stagiaires de l’association REMPART, un tableau récent de la Vierge tenant l’Enfant Jésus,
offert à l’occasion de l’année jubilaire.

Dans la chapelle sud, à droite, un autel semblable à celui de la chapelle nord et un
confessionnal en bois.
En bas de la nef, se trouve un bénitier en pierre. De l’autre côté de l’entrée les fonts

baptismaux entourés d’une grille en fer forgé sont formés d’une vasque posée sur
une colonne sculptée.

Les statues

A l’entrée du chœur, derrière la grille de communion, se trouve la statue de la Vierge de
Lourdes et à ses pieds, sainte Bernadette. Saint Antoine de Padoue tient l’enfant sur un
bras, un bouquet de lis à l’autre main. Jeanne d’Arc dans son armure brandit son épée.
Sainte Thérèse et le saint Curé d’Ars sont tous deux de couleur claire, façon pierre.

Extérieur

Le portail, ouvert dans un massif rectangulaire, en saillie sur le nu du mur, orné de deux
colonnes monolithes, surmontées de chapiteaux dont la corbeille est ornée de feuillages et de  
petites volutes, appartenait peut-être à la nef romane primitive.

Le clocher de plan carré, s’élève au centre de la travée du chœur, à son point de jonction avec
l’abside. Au nord et au sud, deux petites toitures à double pente couvrent les arcs qui épaulent la
coupole centrale.

L’abside est un peu plus étroite que la travée du chœur, trois fenêtres en plein cintre et à double
ébrasement y donnent le jour. Elle est ornée de deux contreforts-colonnes. En haut, on  
remarque aussi les modillons ornés d’arcatures lombardes.

Une statue classée du XVIème, en pierre, de la Vierge de l’Assomption avec deux angelots,
qui proviendrait du monastère de Lancharre, se trouvait autrefois dans l’église. Malmenée lors
de la Révolution, traînée dans le cimetière, le curé de l’époque suivante l’a replacée dans une
niche à l’extérieur de l’église au-dessus de la porte latérale nord.

À proximité

Le menhir de la « Pierre Levée », située à l’entrée de la ferme du même nom, sur la route
de Chapaize, avait sans doute un rôle social et religieux important au sein des communautés
néolithiques. Il a été le lieu de manifestations « druidiques » jusque dans les années 1970.
Les lavoirs au nombre de cinq, dégradés par le temps, ont été restaurés par une équipe de
bénévoles entre 1990 et 1995. Trois d’entre eux font actuellement la fierté du village.
L’église en ruine du prieuré de Lancharre garde de belles pierres tombales des « Dames
de Lancharre ». Elles abritaient une vie pieuse, simple et retirée dans un bel enclos et
possédaient bois et moulin à la Chapelle.[/b]


avatar
FAPPAH
Administrateur

Messages : 1627
Date d'inscription : 18/05/2011
Localisation : Entre Cluny et Tournus

Voir le profil de l'utilisateur http://www.fappah.org

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum